POUR UNE FRANCE & UNE UNION RESPONSABLES, CRÉATIVES, DYNAMIQUES, ÉQUITABLES, SOLIDAIRES

| ACCUEIL | ESSAIS | EUROPE | POUVOIRS | RETRAITES | CROISSANCE | IMPÔTS | TRAVAIL | SOCIAL | AUTRES |

| Nouveaux Pouvoirs | Diversités : vitales nécessités | Billet d'Humeur | Version PDF |

 
 

POUVOIRS & DIVERSITÉS

Nouveaux Pouvoirs

Avec les technologies numériques, sont nées une multitude de start-up qui ont bénéficié d’un tsunami de fonds spéculatifs prêts à s’y investir en partant du principe qu’il suffisait qu’une sur dix réussisse pour que l’opération soit gagnante.
Ainsi, quelques centaines de ces start-up ont émergé et sont devenues des puissances financières qui leur procurent un pouvoir considérable à deux niveaux :
  1. Sur les populations grâce aux banques de données qu’elles se sont constituées et qu’elles enrichissent inlassablement, tant en qualité qu’en quantité.
  2. Sur les dirigeants élus de nos pays qui tendent à devenir de véritables marionnettes manipulées par ces nouveaux Conquistadors à la conquête de l’Amérique et du monde ! Un exemple, donné en fin de ce chapitre, nous montre que nous ne sommes pas dans de la fiction.
Les GAFAM sont actuellement les plus redoutables de ces nouvelles ploutocraties supranationales qui se jouent déjà des États. Elles mettront ceux-ci à leur botte s’ils restent passifs devant leurs ambitions sans limites et sans scrupule d’enrichissement et de pouvoir pendant que beaucoup d’autres ploutocrates s’agrégeront à elles, de gré ou de force, pour dominer le monde. Et ce, d’autant plus aisément que leur mégalomanie bénéficie d’une Finance qui, avec ses paradis fiscaux et ses multiples déviances évoquées précédemment, leur donne les moyens d’échapper aux règles des États et de prospérer ainsi à leurs dépens.
Et leurs consœurs chinoises et autres arrivent.

La conquête spatiale qui, jusqu’à présent, n’était qu’à la portée des États les plus puissants, devient un jeu d’enfants pour les Jeff Bezos, Elon Musk et consorts. Il n’est pas utopique de penser que dans peu d’années, ils supplanteront la NASA et l’ESA et qu’ils auront en occident le monopole des lanceurs grâce au faible coût des leurs, en attendant de s’approprier le marché des satellites et des stations spatiales… qui décupleront leurs pouvoirs.

La monnaie, privilège et monopole des États, est attaquée marginalement par les cryptomonnaies, Bitcoin et autres, mais risque fort de l’être vraiment par le Libra de Mark Zuckerberg, associé à d’autres poids lourds de la Tech, même s’il prétend ne pas envisager d’en faire une monnaie souveraine. Avec ses adhérents Facebook et autres réseaux sociaux qui représentent près du tiers de la population mondiale, qui peut le croire alors qu’il proclame :
Nous voulons fournir un produit sûr et stable et bien régulé. Cela a toujours été notre stratégie et nous continuerons à engager un dialogue .

Ces nouvelles puissances disposant de moyens financiers sans limites, elles peuvent recruter les meilleurs cerveaux aux dépens des autres secteurs d’activité et faire élire des chefs d’États et des hommes politiques complaisants à leur égard, en finançant leurs campagnes électorales de plus en plus coûteuses. Après quoi, elles les manipuleront d’autant plus facilement qu’elles auront aussi le pouvoir de les faire chuter… voire de les remplacer ! D'autant plus facilement que la démagogie et les infox règnent en maître…

Dans un autre domaine, mais tout aussi préoccupant, les Bayer-Monsanto et consorts, Maîtres de l’agrochimie et des semences génétiquement manipulées.
Outre le fait très inquiétant que leur innocuité sur l’Homme, les animaux et l’environnement est loin d’être garantie, trois autres facteurs sont à considérer avant qu’il ne soit trop tard :
  1. La mainmise des semenciers sur les agriculteurs : avec ces semences, ceux-ci ne peuvent plus prélever sur leurs récoltes les semailles suivantes, comme cela s’est fait pendant des millénaires. Ils sont ainsi pieds et poings liés avec leurs fournisseurs, par ailleurs, très intrusifs ;
  2. La biodiversité est une sérieuse victime collatérale, à laquelle s’ajoute une standardisation des produits agricoles et, en conséquence, des aliments ;
  3. Le pouvoir exercé sur les gouvernements et sur les politiques par les lobbyistes de ces groupes internationaux pour imposer leurs produits en niant des évidences avec des études et des rapports falsifiés, ou commis par des scientifiques achetés . Le plus étonnant, c’est que nos institutions, y compris la Commission européenne, continuent à leur faire confiance alors que nous avons un recul qui nous permet de prouver la triste réalité des conséquences sur l’homme et les animaux. Confèrent à ce sujet de multiples reportages.
    Il y a une dizaine d’années, alors que les apiculteurs (de plaine) se plaignaient déjà de la mortalité des abeilles, j’avais évoqué le sujet avec un apiculteur des Hautes-Alpes. Pour lui, c’était un non sujet, ses abeilles se portaient parfaitement, elles ne butinaient que dans des zones d’agriculture de montagne traditionnelle !
    Au lieu de mener des discussions sans fin entre idéologie et mauvaise foi, sur la dangerosité éventuelle de ces produits présumés inoffensifs, je me suis toujours demandé pourquoi on n’avait pas pris deux grandes serres, l’une avec des cultures utilisant des produits traditionnels et l’autre, mêmes cultures, mais utilisant les produits à tester ? Et, dans les deux, on aurait mis une ruche et quelques animaux témoins. Ainsi, la nature aurait pu rendre son verdict en toute objectivité et pertinence.
Je vais illustrer les conséquences de ces semences sur la biodiversité et le comportement scandaleux d’un gouvernement, avec Hétérogènes/Criminelles, une aquarelle d’Eulalia De Valdenebro, Professeure associée à la Faculté des Arts de l’Universidad Nacional de Colombia, Doctorat à Paris 8. Pour plus d’informations sur ses travaux, se reporter à son site : www.eulaliadevaldenebro.com.

Hétérogènes/Criminelles est une série de dessins à l’aquarelle, réalisés avec la technique classique de l’illustration botanique scientifique. Chaque série (l’une de maïs, reproduite ici, et l’autre de haricots rouges) est composée de deux lignes :
- La ligne du haut illustre huit graines Criollas de la même espèce mais avec des variations notables de couleur et de forme.
- Celle du bas consiste en la reproduction digitale d’une graine OGM.
Cette œuvre a été réalisée en novembre 2012, à l’occasion de la tentative du gouvernement colombien d’introduire la loi 1518 qui aurait pénalisé et rendu criminels les paysans cultivant des graines Criollas !

Sur la ligne des graines OGM sont écrits des mots tirés de la loi, traduits en français : international, qualité, brevetable, homogène, standard, global, transnational, discernable, définissable, uniforme, monopole…
Sur la ligne des graines Criollas sont écrits les antonymes des précédents : contenant la vie, Criollas, native, locale, incertaine, hétérogène, variable, vivante, reproductible, interchangeable, autonome, souveraine, instable, différente, unique, changeante...

Diversités : vitales nécessités

J’ai soumis cet exposé à Eulalia De Valdenebro. Voici ce qu’elle m’a précisé en retour :
Le texte me convient très bien, je n’ai aucun problème à l’accompagner tel quel. Cependant, je fais la remarque suivante :
La biodiversité n’est pas une victime collatérale, elle est une victime directe.
Le problème est que si vous empêchez la variabilité génétique de tout être vivant (dans ce cas, les plantes), vous modifiez l’essence de la vie en général. La vie a besoin de varier, d’être instable, c’est le principe qui permet à tout être vivant de s’adapter, d’évoluer.
C’est pourquoi l’inceste est interdit dans toutes les cultures depuis l’Antiquité. Ce n’est pas une question de morale, c’est biologique, car cela met en danger la variabilité génétique. Les plantes évitent leur autopollinisation pour cette raison, les animaux le font aussi. C’est une loi naturelle de la vie. Je dirai plutôt qu’avec ce jeu sur la variabilité génétique des plantes, la vie humaine est la victime collatérale.


Je tenais à inclure cette remarque qui m’a semblé fondamentale. L’utilisation par la culture intensive de grandes quantités de produits issus de l’agrochimie a rendu les sols stériles. Celle-ci va-t-elle aussi rendre les plantes de moins en moins fertiles, comme c’est déjà le cas pour les hommes, victimes collatérales de l’utilisation de ces produits et de beaucoup d’autres de la vie courante ?
Continuons ainsi, le problème de la surpopulation de la planète se réglera tout seul, et sans doute plus vite qu’espéré !

Si la variabilité génétique de tout être vivant est la condition de la non-dégénérescence du vivant, que penser de l’endogamie pratiquée à outrance par la haute administration française, et par baucoup d'entreprises ?
L’ENA serait-elle une grande pourvoyeuse de CGM (Cerveaux Génétiquement Modifiés) ?
Remarque saugrenue quand une gouvernance par des confréries de clones sont de plus en plus contestées ?
Cette réflexion est d’autant moins saugrenue que les secteurs industriels français qui ont pratiqué l’endogamie avec constance ont tout simplement disparu du patrimoine national : la machine-outil et la sidérurgie, notamment !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Billet d'Humeur

Ce ne sont évidemment pas nos petits pays qui, individuellement, peuvent contenir ces ploutocrates. Seul un front commun des États-Unis, de l’Union européenne et de l’OCDE pourra limiter leurs pouvoirs, les empêcher de pratiquer l’évasion fiscale, entraver leurs ambitions de monopoles, réduire leurs moyens financiers, redonner le pouvoir à qui de droit.
Il est urgent que les États et ces institutions en prennent conscience et agissent ensemble car, plus de temps passera, plus le résultat des bras de fer sera incertain et le vrai pouvoir leur échappera, comme nos libertés individuelles et collectives : nous ne serons plus que des zombies qui ne pourront que subir ce servage des temps modernes !
Quant aux diversités, bio et sous toutes ses formes, humaines notamment, elles sont vitales pour notre survie !

  Haut de page